17 ème jour - Jeudi 23 juin -Perm/Ekaterinbourg - 390 km -

Départ 9h30 d'un terrain complètement détrempé par la pluie qui nous suivra environ 100 KM. Nous n'avions juste subi, sans parlé de notre arrivée à Strasbourg, qu'un orange à Kazan. L'étape est courte et la route pas trop mauvaise. On traverse d'immenses forêts, des terres verdoyantes et quelques étendues de terres cultivées. Les villages se font rares et leur accès se fait par des chemins de terre. On les évitera. 

Nous sommes bloqués par un accident mortel : un camion à plateau, une camionnette, un bus et quelques voitures en dommage collatéral. Sur le bas côté de la route nous constatons pas mal de pierres tombales. Vue l'état de leur routes et la façon dont ils conduisent, c'est sans surprise. Mais il n'y en a pas tellement plus chez eux que chez nous. 

L'intérêt de cette étape est la "frontière" entre l'Asie et l'Europe. Un monument marque ce point. Demain avec notre guide nous nous rendrons sur ce lieu mais là maintenant nous sommes seuls. Nous avons pu nous asseoir sur le socle sans être dérangés par qui que ce soit. Demain, par contre, on pourra faire une photo de couple.

Nous arrivons à 16h30 au campement à Ekaterinbourg, sur le parking du stade. Les ouvriers repeignent au pistolet les grilles en bleu et aucun de nous ne veut garer son camping-car devant ces grilles. Les organisateurs arrivés bien après une dizaine de camping-caristes n'ont pas pu anticiper le problème. Organisateurs ou touristes?? Il faut choisir. 

Il s'en est suivi un va et vient de camping-cars entre le haut et le bas du parking. Nous sommes en haut et avons passé une soirée toute à fait sympathique. Des familles avec enfants, des jeunes couples sont passés sur cet espace public pour faire du roller, promener leur chien. Tous étaient intrigués et intéressés par ces camions avec des auto-collants. Nous leur avons donné des tours Eiffel, des bonbons et des plans de notre périple en essayant de communiquer par gestes. Ils étaient vraiment surpris par ce que nous faisions.  

Bonne soirée et à demain pour la visite de la ville. 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    VESSILLIER (dimanche, 26 juin 2016 11:36)

    Ce qui m'avait marqué autour de ce monument faisant la frontière Asie Europe, c'était à quelques centaines de mètres, un immense cimetière où étaient enterrés plus de 5000 personnes victimes des purges staliniennes. Une pensée émue pour eux.